Médecine et Soins de Sante

AR en médecine et en soins de santé

La médecine et les soins de santé sont parmi les applications pratiques les plus importantes de la réalité augmentée AR. Quelques exemples d'application de la réalité augmentée AR dans le domaine médical sont :
Réalités médicales
Une opération chirurgicale peut être réalisée en temps réel par un chirurgien portant des lunettes intelligentes/ casque intelligent dans une situation d'enseignement médical pour un grand nombre d'étudiants dans le monde et en même temps. L'idée est de permettre aux étudiants d'accélérer leur courbe d'apprentissage, et de leur donner la possibilité de participer à la communauté mondiale. Il y a 5 milliards de personnes dans le monde qui n'ont pas accès à une chirurgie sûre et abordable, et il y a annuellement 143 millions d'opérations simples, et qui ont besoin de 2,2 millions de chirurgiens, anesthésistes et obstétriciens.
AR en anatomie
ARnatomy est entrain d'entreprendre plusieurs projets incluant une application mobile de type OCR utilisant la reconnaissance optique de caractères afin de reconnaitre un mot comme {fémur} par exemple, avec des vues et des informations sur l'os, ou à même de conduire l'utilisateur à un modèle squelettique tangible fixe de l'os avec des cibles (AR) de réalité augmentée selon le site.
AR dans l'assistance vidéo en médecine
Un chirurgien éloigné peut a distance mettre ses mains sur l'écran afficheur d'un autre chirurgien dans un site distant portant des lunettes intelligentes ou casque intelligent afin d'éclaircir et guider, ils font plus que juste de la télémédecine, avec l'idée d'apporter une expertise distante à une situation en cas de besoin.
AR pour trouver une veine.
AccuVeinuses est une technologie composée d'un scanner à main qui permet, au passage sur la peau du corps du patient, de montrer aux infirmiers et aux médecins ou se trouvent les veines et les valves, ainsi que les bifurcations - ou s'ils n'y en a pas dans le cas des procédures cosmétiques. Il est démontré que le pourcentage de non reconnaissance des veines au premier coup est de 40%, ce taux est amené à augmenter pour les enfants et les nouveau-nés. Ainsi, ce dispositif est utilisé dans les hôpitaux à travers le pays et l'on estime qu'il est utilisé pour 10 millions de patients, ce qui permet d'avoir 3.5 fois plus de chances de trouver une veine au premier essai.